FURTIVE

Il y a des mots qui dorment

au fond des chambres sous le papier peint

entre la dernière page du livre et la couverture

comme les ombres des lampes sur le mur

il y a des mots qui s'entrouvrent

avec le glissement des rideaux

des gestes d'homme simples et généreux

l'éclatement d'un fruit gorgé de soleil

 

Des mots qui jaillissent à tire d'aile

oiseaux de lumière et de rire

entre les arbres écarquillés

 

Des mots qui blessent comme des armes

mots de guerre mots de révolte mots de banlieue

éclats aiguisés du mal de vivre

il y a des mots qui mentent d'autres qui réconcilient

tant de mots inutiles que l'on emprunte au silence

des mots gris que l'on enlève au jour

et qui meurent fatigués d'avoir mal vécu

 

Des mots aussi lancés vers le ciel

qui laissent leur sillage longtemps

après l'arrivée de l'ombre.

* * *

Douée d‘une écriture proche de celle de Rousselot « cette odeur de pain tranché… les carreaux de la nappe », Véronique Joyaux « dit l’humain avec ses muscles et sa tripaille » (Chambelland). Sa poésie douce-amère mais sans autoflagellation, apprêtée, mais sans afféterie est traversée par des vols d’oiseaux (grives, milans, la mer, image innée ?), les vagues (à l’âme) y sont en surimpression, comme autant de rais, de traits plus ou moins lumineux. Poésie légère entre ciel et mer, entre feu (l’amour), et eau (la mort) striée de cris d’enfants, de mouettes, d’orage (Imagerie et imaginaire déconcertants). Véronique Joyaux chante l’être au monde a capella, ses lèvres savamment agencées émeuvent le lecteur, comme ces lèvres ouvertes qui hésitent entre rire et cri. Une écriture / chant qui succombe parfois au classicisme (en alexandrins, SVP !), doublée d’envolées lyriques ou nostalgiques. Moins sombre qu’une Lalande, moins sensuelle que de Burine, mais plus âpre que Bohi et plus directe que Valérie Rouzeau (pour la situer dans le Paff – paysage artistique féminin français), Véronique Joyaux est une femme de l’ÊTRE à qui il ne suffit pas de la VOIR.

Revue DIÉRÈSE-N°32-Printemps 2006

Véronique Joyaux

FURTIVE

Poèmes

Aquarelle de Nihad Wicho

ISBN 978-2-3532-8021-6

15,30 EUR

Véronique Joyaux

RÉSURGENCES

Poèmes

Création textile-broderie

de Françoise Leleu-Hennequin

ISBN 978-2-35328-078-0

142 pages - 15,30 EUR

Véronique Joyaux est née en 1953 à Nantes. Elle est enseignante à Poitiers, s’adonne à la poésie et à des compositions textiles (broderies calligraphiques). Elle aime/souhaite travailler avec des plasticiens (nombreux textes d’expositions).

Résurgences est son cinquième recueil de poèmes. Elle figure dans l’Anthologie de la poésie française, Seghers, 2007.

* * *

« J’aime cette poésie simple comme l’eau […] Aussi, votre sensibilité au détail, au minime, au tout-venant du vivre. »

Antoine Emaz, 2011.

« Et l’on se prend, avec l’auteur, à attendre ce qui vient, ce qui est présent sans être sous nos yeux, ce qui est espéré et attendu, dans la lenteur et le respect d’un silence habité où installer notre patience. »

Alain Boudet, 2011.

« Votre travail me touche par la sobriété de l’écriture où viennent se prendre les gestes, les paroles de ce quotidien qui est bien plus que le décor de nos vies. Il y a chez vous un sens de l’infime et du devenir… »

Jacques Ancet, 2011.

« Véronique Joyaux écrit des pages lourdes du temps qui passe, du bonheur simple de vivre en accord avec un réel qui n’économise aucun moyen pour nous séduire. »

Alain Wexler, 2007.

Resurgencescopie
item5a1a1a1
item5a1a1a1a

ÉDITINTER ÉDITIONS

item5a1a1a1item5a1a1a1a