Jean-Albert Guénégan estime que la poésie est en chacun de soi. Qu’il suffit d’aller la chercher pour la trouver. Né à Morlaix en 1954, il a publié de nombreux livres de poésie, des récits autobiographiques et des livres d’artiste. Ses deux derniers ouvrages sont Trois espaces de liberté et Sans adresse, l’automne chez Editinter. Traduit en langues bretonne, portugaise, portugaise du Brésil, italienne, anglaise et arabe, on peut le retrouver aussi dans les revues À l’index, Recours au poème, Texture, Avel IX. Il a également participé à plusieurs anthologies, la dernière en date est Traversée d’océans, voix poétiques de Bretagne et de Bahia chez Lanore en 2012. Il intervient en médiathèques, centres culturels et établissements scolaires. Dans ce livre Poétique de la terre à la mer, l’auteur nous emmène un jour de mai par mauvais temps, de la terre des monts d’Arrée alors qu’il randonne dans le Tro Ménez Arrée pour une poésie du paysage, jusqu’à la mer qui s’offre à tous les départs, aux grands vents universels. Morlaix sa ville natale que l’on pourrait assimiler à toute autre ville est l’objet d’une promenade, observée de ses toits, ses rues et venelles. De même, les gens qui se pressent et se prêtent à toutes sortes de situations. Au cours de cette balade, il est accompagné par le poète Tristan Corbière. Tous deux conversent sur la vie, l’écriture avant d’arriver à Roscoff, la mer, le large, le lointain.

Sans adresse l’automne se présente comme un triptyque ayant pour sens commun l’humain au coeur de son quotidien. Dans la première partie, l’auteur pour qui la poésie fait partie d’un patrimoine génétique commun, aborde en toute humilité le caractère éphémère de la vie, s’appuyant sur le choc émotionnel ressenti au décès de ses parents. Facteur déclenchant qui l’a incité à prendre la plume, la sensibilité s’exerçant avec pudeur mais sans fard. L’irréversible, l’inéluctable séparation fracasse l’espoir, il faut alors comprendre, surmonter pour enfi n accepter et partager.

La deuxième partie intitulée Pour nos poètes bretons est une anthologie non exhaustive de quelques illustres poètes nous ayant légué un patrimoine exceptionnel d’oeuvres touchant les âmes en quête de grandeur et de beauté. Sur un mode dénué de tout esprit nécrophile il mêle prose et poésie pour évoquer une ville natale et le poète qui se rattache au paysage. Enfin, d’après Homme qui marche d’Alberto Giacometti, il exprime la fragilité de l’être humain, abordé par le biais des mots le «mal être» de ces femmes et hommes que certaines plaies existentielles d’ordre moral ou social enferment dans un statut dérangeant, celui des «sans domicile fixe» que tout un chacun peut croiser au détour d’une rue, d’une flânerie en ville, d’un pont où encore faisant la manche. Les exclus d’une société qui parfois se heurtent à l’intolérance voire l’indifférence, renvoyés ainsi à la plus profonde des solitudes.

Jean-Albert Guénégan, pour qui la poésie fait partie d’un patrimoine génétique commun, est né à Morlaix dans le Finistère en 1954. Il a publié de nombreux recueils de poésie, des récits autobiographiques et des livres d’artiste. Ses deux derniers ouvrages sont Dimitri et les livres en 2008 (La clé du jardin) et Conversation à voix rompues avec le poète Jean-Claude Tardif chez Éditinter. Certains ouvrages ont été traduits en langue bretonne, portugaise, arabe et italienne. On peut le retrouver aussi dans diverses revues comme Avel IX, À l’index, Le Coin de table, Diérèse, Friches, etc. Il a également participé à plusieurs anthologies dont Poètes de Bretagne par Charles Le Quintrec à La Table ronde en 2008, Visages de poésie par Jacques Basse chez Rafaël de Surtis en 2010, etc.

De même, il intervient en établissements scolaires, en médiathèques ou en centres culturels pour diverses lectures notamment à l’occasion du Printemps des poètes.

Jean-Albert Guénégan

Jean-Claude Tardif

CONVERSATION À VOIX ROMPUES

Collection Correspondance & Dissonances

15,30 EUR

ISBN 978-2-35328-042-1

Jean-Albert Guénégan

TROIS ESPACES DE LIBERTÉ

Poésie

14,20 EUR

ISBN 978-2-35328-068-1

106 p. ; 21 x 13,5 cm

Voici deux épistoliers au long cours et en ferveur scripturale. Jean-Albert Guénégan et Jean-Claude Tardif reconnaissent « n’être pas entrés en poésie dans le même costume », et, bien qu’ils goûtent tous deux au suc des mots, la couleur de leur lexique n’est pas identique.

Ainsi, pour l’un, la poésie fait partie d’un patrimoine génétique commun. Pour l’autre, au contraire, elle n’est nulle part à l’état naturel mais bien plutôt patient apprentissage. S’ils n’ont pas le même parcours ni la même approche, nos deux épistoliers se sentent néanmoins en correspondance magnétique. Le fil conducteur, malgré la distance, ne se rompt pas. Cet échange de missives – jeu subtil de réticence et de franchise – s’avère au fil des pages un dialogue fertile en jaillissement de la pensée. Stimulant, vraiment. Et intéressant à plus d’un chef pour le lecteur. Tous les thèmes sont ici abordés : qu’est-ce que l’inspiration, ce tourment de l’indicible ? Pourquoi écrit-on ? Pourquoi publie-t-on malgré les aléas (d’où la sainte colère de Jean-Albert Guénégan à l’endroit de certains éditeurs véreux) ?

Nulle réponse satisfaisante ni solution, l’écrit ne se définit que par l’énigme, son incertitude et son éternité.

Gilles Baudry

CONVERSATION1
TROISESPACESDELIBERTE
item5a1a1
item5a1a1a

Jean-Albert Guénégan

SANS ADRESSE, L'AUTOMNE

Poésie

15,00 EUR

ISBN 978-2-35328-097-1

104 p. ; 21 x 13,5 cm

Sansadresselautomne
item5a1a1b

Jean-Albert Guénégan

POÉTIQUE DE LA TERRE À LA MER

Poésie

16,00 EUR

ISBN 978-2-35328-134-3

132 p. ; 21 x 13,5 cm

Poetiquedelaterre
item5a1a1b2

ÉDITINTER ÉDITIONS

Jean-Albert Guénégan

LES POINGS DANS LES POCHES CREVÉES

Poésie

15 EUR

ISBN 978-2-35328-163-3

142 p. ; 21 x 13,5 cm

Lespoingsdansmespochescrevees
item5a1a2

Les poings dans mes poches crevées, vers emprunté à Arthur Rimbaud qui donne son titre à l’ouvrage, évoque l’homme sous les couleurs de sa bohême, son errance sur les landes de la réserve naturelle du Cragou Vergam dans les monts d’Arrée qu’il affectionne particulièrement. Il marche tôt le matin et tard le soir durant les quatre saisons, en quête de spiritualité et de poésie qu’il cherche depuis une trentaine d’années à travers ses livres publiés, ses lectures publiques et ses engagements en faveur de cet art majeur.

Dans la seconde partie de l’ouvrage, l’auteur rend hommage à quelques poètes et écrivains bretons comme René Guyomard, Hélène Cadou, René Guy Cadou, Glenmor, Paul Alexis Robic, etc. Poursuivant sa déambulation et son aventure, il jette un regard poétique sur des sites de Bretagne qui lui sont chers comme Belle île en mer, la forêt d’Huelgoat, la baie de Morlaix, Roscoff, les monts d’Arrée, l’île Wrac’h où il a passé une résidence d’artiste avec le graveur Jean Pierre Blaise en 2013 ou encore au pays des enclos en Finistère.

Fnaccom
item5a1a1item5a1a1aAmazonmarketplace1a1a2item5a1a1bAmazonmarketplace1a1a2bitem5a1a1b2Amazonmarketplace1a1a3item5a1a2