Pour Michel Cossec, lecteur d’horizons extrêmes ou arpenteur des terres mémorielles, l’alentour est nécessairement une bibliothèque universelle.

Essaouira, Mogador. Le nom ancien ne prête nullement ici à la nostalgie ou au regret de trajets négligés dans une autre vie. Il est une mise en profondeur, une mise en perspectives du nom moderne.

« Cité des alizés » est un recueil de textes qui ouvrent la ville, à un instant précis de l’itinéraire du poète, du peintre, du photographe et du penseur, sur un labyrinthe d’escaliers dont la première marche plonge dans la méditation.

Les mots de Michel Cossec hébergent le regard intérieur qui, comme un révélateur, met à nu un paysage hanté, traversé comme un miroir, hanté par ce qu’on en sait vaguement et qui par osmose immédiate permet au poète de transcender dans la contemplation écrite l’ossature du réel. Lors, tout est permis.

Jean-Claude Chenut

Pour surnager, rester lucide, il faut bien s’en remettre à un havre réparateur. A contre-courant, l’échouage salvateur ne serait ici qu’échec. On s’y tosserait contre une glace sans tain d’un bar au « zinc souillé où les verres, à marée basse, sont des naufrages ». Vaut-il mieux périr sur les Brisants ? S’échouer, c’est échouer ou sauver sa peau.

« L’instant n’est rien que la mémoire qu’on traîne ». Le poids du rester à quai, ce quai, ce rivage, vague non-lieu qui pousse à réagir : sombrer ou virer de bord.

Alors, l’homme d’un bord de mer décile les yeux et opte finalement pour le goût du large, choisit l’exploration dans un dernier rideau, l’étirement extrême de la vague sur la pente de la plage. « Quand le soleil inonde l’estran ».

Alain Thomas

Dans des_ astres noirs, Michel Cossec évoque un Sénégal de la Mémoire, allant le sillage des blessures de son Histoire, un Sénégal mémoriel, de tout temps inscrit dans des croyances et des rites, des traditions transmises par la seule oralité, mais pleinement conscient aussi de notre siècle. La Casamance, terre aux mystérieux crépuscules, semble s’articuler autour d’un fleuve dont les méandres salés et les berges craquelées nous conduisent indéniablement mais non sans une certaine léthargie vers la mer, un possible horizon où chercher, au risque d’y perdre une très riche identité, d’autres ailleurs.

des_ astres noirs, carnet de voyage, carnet des rêves d’un poète devant un Sénégal en pleine mutation, évoluant entre son Histoire d’hier et sa réalité contemporaine.

Laetitia Ximelis

Michel Cossec

CITÉ DES ALIZÉS

Poèmes

ISBN 978-2-35328-124-4

12,00 EUR

Cité des alizés web2
item5a1a1a1

Michel Cossec

DIVANS

Poèmes

ISBN 978-2-35328-132-9

15,00 EUR

Cité des alizés web2
item5a1a1a2
fnac1
fnac2

Michel Cossec

des_astres noirs

Poèmes

ISBN 978-2-35328-137-4

15,00 EUR

Non diffusé par Editinter

Cité des alizés web2

ÉDITINTER

Amazonmarketplace1a1a1aitem5a1a1a1Amazonmarketplace1a1a1a1item5a1a1a2